Archive de mots clés


événements AÉROCLUBS AVIATION Aviation Générale Aviation Générale AVIONS Deauville DGAC DOCS TECHNIQUES FFA FR INFO TECHNIQUE Les Mureaux LFAB LFPA LFPL LFPN LFPT LFPX LFPZ LFRG LFXU Météo MÉTÉOROLOGIE METAR METAR/TAF NOTAM NOUVELLES NOUVELLES DE L'AVIATION GENERALE Persan Persan-Beaumont PHOTOS Pontoise SIA SNOWTAM St-Cyr SUP-AIP SUP/AIP TAF TOUSSUS Toussus-le-Noble VIDÉOS VOLETS Volets10 VOLETS10.FR

HOP TOUR 2018

FFA ET SUBARU AU MONDIAL DE L’AUTOMOBILE

ffa-subaru

COAVIONNAGE : LA FFA FAIT LE POINT

ffa-logo
ffa-coavionnage

L’EQUIPE DE FRANCE DE RALLYE AÉRIEN CHAMPIONNE DU MONDE AU PORTUGAL

Voici les équipages champion du monde DAVID LE GENTIL/JULIEN CHERIOUX et médaille de bronze JÉRÔME JIREAU/OLIVIER RIVIÈRE avec leur entraîneur PHILIPPE ODÉON. Cliquez ici pour accéder à leur page Facebook.
rallyesantacruzequipegagnante
Les équipages au complet.
rallyesantacruzequipedefrance
Rappelons que le championnat du monde de rallye aérien a eu lieu à Santa Cruz du 4 au 10 septembre avec la participation de 52 équipages.

COAVIONNAGE : CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL

DSC_6351

Les amis peuvent partager les frais !!

La DGAC vient de publier ses conclusions concernant la coavionnage. En deux mots, les sites de coavionnage (Coavmi,OffWeFly,Wingly) doivent avoir le CTA (certificat de Transport Aérien) mais les pilotes privés peuvent partager les frais avec leurs passagers si ces derniers sont proches (amis, famille, membres de l’aéro-club).

Voici le texte de la DGAC (lire ici)

Depuis plusieurs mois, des plateformes Internet de coavionnage facilitent la mise en relation entre des pilotes privés et le grand public. Cette activité nouvelle nécessite de travailler à un cadre qui garantisse la sécurité des usagers tout en permettant son développement.

La DGAC a réuni cet automne un groupe de travail avec les principaux sites Internet de coavionnage. La Fédération française d’aéronautique, des représentants des personnels navigants techniques et des compagnies aériennes, ainsi que la gendarmerie du transport aérien et les services opérationnels des douanes y ont également participé.Ce groupe de travail a permis d’aborder, au cours d’une série de réunions constructives, les différentes questions que pose cette nouvelle activité, tant sur la sécurité, le modèle économique que les modalités d’assurance.

Chacun des acteurs a fait de la sécurité une priorité. Les usagers du coavionnage doivent en effet bénéficier de garanties suffisantes en la matière. Il est notamment nécessaire que les sites dédiés mettent en place un mécanisme de gestion active de la sécurité et des risques.

Ces travaux ont permis de conclure que les organisateurs d’une activité de coavionnage devront se doter d’un certificat de transport aérien (CTA) et d’une licence d’exploitation. La DGAC a proposé aux sites Internet de coavionnage de les accompagner dans cette voie en échangeant avec eux sur les spécificités de leur activité.

Aussi, afin de poursuivre les échanges sur les modalités d’application de ce cadre au coavionnage, la DGAC invitera les acteurs concernés à se réunir lors d’un nouveau groupe de travail. Plusieurs ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour cette démarche.

TRAVERSÉE MARITIME CORSE : MODE D’EMPLOI

CORSE

CALENDRIER DES ÉVÉNEMENTS SPORTIFS DE LA FFA

FFACALENDRIEREVENEMENTSSPORTIFS

TAJP DEVIENT HTJP EN 2014 : HOP! TOUR DES JEUNES PILOTES

HTJP

LE JOURS LE PLUS LONG

FFALEJOURLEPLUSLONG

A.T.O. EN STAND-BY

FFAATO

Source : FFA. Cliquez

La transition A.T.O. est une préoccupation constante de la Fédération depuis 4 ans. Nous nous sommes à la fois attachés à permettre à chaque aéroclub de pouvoir continuer à former des pilotes après le 8 avril 2015, tout en affirmant notre opposition au principe même d’ATO pour les petites structures.

Les élus de la FFA ont rencontré le 3 juin les dirigeants chargés de l’aviation légère à l’EASA. Un esprit nouveau semble régner à l’Agence.

A travers les informations qui nous ont été fournies, nous pensons obtenir à très brève échéance des inflexions significatives sur le passage en ATO, qui font suite à nos nombreuses interventions tant au plus haut niveau de l’EASA et de la Commission Européenne, confortée par certains autres acteurs européens de l’aviation légère, EPFU et Europe Air Sport notamment, que de la DGAC, conjointement avec les autres fédérations aéronautiques par le biais du CNFAS.

Ces inflexions pourraient être :

– Un report de la date limite de validité pour les organismes déclarés (une échéance de 3 ans serait évoquée).

– La mise à profit de cette période de transition pour la création d’une 3ème voie pour les organismes ne faisant que de la formation pour le PPL, le LAPL et les qualifications associées. Cette 3ème voie serait un intermédiaire entre l’organisme déclaré actuel et l’ATO initialement prévu. Les contraintes seraient allégées par rapport à l’ATO tel que défini jusqu’à maintenant.

Ceci nous conduit à recommander aux aéroclubs de suspendre à compter de ce jour la constitution et le dépôt des dossiers ATO.

Nous vous donnerons toutes précisions sur les nouvelles modalités d’allègement et le nouveau calendrier dès que nous aurons des informations finalisées de la part de l’Agence.

Bien entendu, cela ne remet pas en cause les agréments de ceux qui les ont déjà obtenus et ne remet pas en cause non plus le travail effectué en amont. C’est un investissement sur lequel chacun va pouvoir capitaliser. Sur ces mêmes fondations, nous allons construire un nouvel édifice mieux adapté à nos besoins que l’EASA semble enfin en mesure de comprendre.